jeudi 13 septembre 2007

THE SHOW MUST GO ON




Getthecurse.com : "Ivan avait une des meilleures résidences à Paris, au Pulp, qui a fermé il y a quelques semaines. Tu as souvent cité le Pulp comme étant un de tes clubs préferés au monde."

Andrew Weatherall : "Oui, je suis au courant de la fermeture du Pulp, c’est une vraie tragédie. J’aimais ce club parce que c’était un endroit qui avait quelque chose de décadent. C’était petit, sombre, ça dégoulinait de sueur, c’était rempli de gens qui formaient une sorte d’aristocratie euro-trash complètement unique (rires). Des gamins de la rue qui avaient cette vibe très similaire à ce qu’il se passait à Londres en 1988 et 1989. Des gens à la mode mais pas suiveurs de tendances, tu vois ? Ils venaient là pour la musique et pas pour se regarder les uns les autres. Il y avait des stylistes de mode, des gens connus, des hooligans, des marginaux. C’était juste un mélange complètement fou de gens soucieux de leur apparence mais passionnés de musique. Et c’est tout ce que j’attends d’un club. C’était très proche de ce que tu pouvais trouver à Londres dans un club comme le Shoom. C’est triste que le Pulp ait fermé, mais quelque part, c’est une bonne chose parce que, de cette façon, ça permet à la légende de ne jamais mourir. Si ça avait continué pendant des années et des années, ça aurait fini par perdre tout son intérêt, ce qui est bien pire au final."

L'interview complète (et les mixs qui vont avec) sur : http://www.getthecurse.com/2007/09/12/andrew-weatherall-rotters-golf-club/#more-143