jeudi 5 avril 2007

IDOLES (2)

On ne peut pas s'empêcher, même après toutes ces années (et peut-être à cause de toutes ces années).
Etre fan, c'est bête , c'est stupide, c'est regressif, c'est tout ce qu'on veut, mais voilà, il ou elle arrive et on se surprend à retenir son souffle, à rougir, à bégayer quand on essaye de trouver quelque chose d'intelligent à dire, forcément trés vite, on ne voudrait pas occuper trop de place, manger un espace tout plein à ras bord de ce charisme de "star", et puis on ne trouve que des trucs banals, sans interêt , qu'on regrette aussitôt d'avoir laissé échapper, on s'en veut, on se maudit, voire on s'insulte à l'intérieur, mais déjà c'est fini, il faut passer à autre chose parce que la star a autre chose à faire : son boulot de star.

Plus tard, on se retrouve le nez collé à la vitre, tout occupée à immortaliser les faits et gestes de son héro-ïne, à graver dans son esprit ses mouvements et manies, le petit déhanchement là, les tics du mix, c'est dingue comme c'est compliqué cette affaire-là, regarde (à soi-même, dans son seul esprit retors) comme il fait, tous les boutons qu'il manipule, tiens un nouveau tatouage ? nonobstant le voisin qui parle technique vidéo alors que tout ce qui compte là maintenant tout de suite c'est ce putain de mix à cette heure cruciale de la nuit et quel morceau est-ce qu'il va faire rentrer et comment est-ce qu'il va l'amener et qu'est-ce qu'on va encore se prendre dans les jambes ?






Ivan Smagghe, 31/03/2007, 6h52.

.