jeudi 12 avril 2007

GAY-PRIDE (2)




Vidéo et montage : Sophie Anquez

1998 : La première Gay-pride du Pulp. 2 heures de sommeil à peine après la fermeture, je retrouve Juliette, Kalinka et Martine, pour un rendez-vous sur le char à 11h30, ordre de Mimi, mais on y arriva à 12h. Le soleil qui tape en haut du boulevard St Michel. La découverte de la place qu'on a dans le cortège : à la fin, juste avant les poubelles vertes et l'attente interminable sous ce soleil de plomb. Alors, évidemment, le projet de tenir nos rôles de jeunes filles en uniforme avec notre prof sévère (Caroline D.), vole un peu en éclats...On reste là 4 heures sans bouger. Le camion ne bouge pas, nous...On a de quoi faire : les lits superposés, les poupées gonflables (idée de Sophie A.), la sono à 2 francs, le camion aussi, le pote qui fait la sécu tout seul et un peu manu militari, les hordes de photographes, Elula Perrin et son chien, Yanna qui tombe du haut des lits, l'alcool bon marché avec les jus de fruits chauds (lancement du cocktail GP : gin-fanta chaud), la Chocha au micro, les coups de soleil...On arrivera finalement à Bastille vers les 21h, juste à temps pour aller prendre une douche, manger un peu et foncer faire l'ouverture du Pulp.

La nuit qui suivit. Je me souviens d'avoir regardé Martine à 2h30 du matin, on était toutes les deux derrière le bar, des centaines de lesbiennes assoifées de l'autre côté (Coco était partie dehors secourir la 3ème serveuse). Un moment de pause dans un long tunnel infernal mais ô combien excitant. Le bar tanguait, on se tenait sur les côtés comme sur un bateau dans la tempête (mal de terre). On a trouvé Jenny ce soir là et on l'a embauché sur le champ pour laver les verres. Un baptême du feu pour nous donner un avant-gout de ce qui adviendrait. Et le bonheur de faire la fête avec toutes ces lesbiennes.

1 commentaire:

Lady Dragon a dit…

C'est clair que cela restera un sacré souvenir cette Gay Pride! Nous étions toutes en pleine(s) forme(s)...
Je crois d'ailleurs que je me suis jamais plus mise dans un étât pareil depuis, héhé!
Grande époque!
Axelle partouzant avec ses poupées gonflables au milieu de toutes ces écolières topless, je ne suis pas près d'oublier...